archive

Maman, j’ai une question…

Ma petite fille débutera la maternelle en septembre. Jusqu’à maintenant, elle n’avait pas démontré d’intérêt pour l’école. Elle n’aime pas vraiment s’asseoir devant une page d’exercice, calculer et compter. Elle préfère les insectes, tourner dans de longues jupes et sentir les fourrures. Mais, voilà que je l’entends fredonner l’alphabet, et qu’elle me demande d’épeler certains mots. Je pousse même l’audace jusqu’à jouer avec les lettres (ce qu’elle aurait refusé il y a quelques semaines; puisqu’elle devinait assez rapidement mon petit objectif éducatif secret…).

Lors d’un long voyage en voiture, ma mère (professeur à la retraite) a tout écrit les lettres de l’alphabet avec elle sur la banquette arrière! Et nous voilà maintenant dans un projet avec des petites billes…

lettre01

lettre02

lettre03

lettre04

Publicités

Une amie de ma fille a un couple de pinsons mandarins depuis quelques temps. Il semble que ce petit duo amoureux soit bien à l’aise dans leur demeure puisqu’il se reproduit assez facilement!

Nous avons été la famille d’adoption de Hassan, un jeune pinson mandarin mâle, pendant une semaine. Les filles l’ont baptisé Hassan en l’honneur du l’homme touareg du même nom du film Zarafa (quel beau personnage!). Malheureusement, bien que Hassan chantait et semblait apprécier sa nouvelle maison, il est mort un matin de la semaine dernière.

Ce qui est particulier, c’est que les filles étaient présentes lors de ses dernières secondes de vie. Elles ont observé Hassan, non sans peine, mais aussi curieusement. Elles m’ont posé plusieurs questions sur le phénomène (naissance-vie-mort) et j’ai bien tenté de les guider dans leurs réflexions. Finalement, j’ai trouvé que cet épisode avait été fort enrichissant.

La cage d’oiseau appartient à mes parents. Je n’aurai pas d’autres oiseaux (à moins de recroiser une situation semblable). Les oiseaux ont cette extraordinaire capacité de voler!

Et puis tout d’un coup, je fredonne la chanson de Richard Desjardins; le cœur est un oiseau!
hassan

Mon chum est arrivé du boulot, hier soir, avec un animal en fâcheuse position…. Ma fille de 4 ans a été la première a voir l’oiseau… S’en est suivi toute une discussion sur des sujets un peu difficile à aborder. Mais tout de même, disons que cette situation relativement absurde et rare méritait qu’on s’y attarde…  

Hier soir, il est tombé beaucoup de neige. Je suis malgré tout sortie, avec ma plus vieille, pour aller à une rencontre pour la formation d’un club de natation. Un livre à la main, elle lisait, un peu à l’écart, alors que tous ces parents discutaient (je trouvais la scène paisible et pleine d’amour). La neige tombait tombait tombait. De retour à la maison, nous sommes allées reconduire notre gardienne (une perle de 14 ans) dans la neige. Il n’y avait pas une voiture. Le calme plat et nous avons discuté (en roulant à 10km/h, tard le soir) de notre journée du lendemain et comme on avait hâte de jouer dans… la neige!

Ce matin, les filles toutes excitées, viennent me retrouver. Et: deux suprises;

  1. D’abord, la conjonctivite que nous tentons de traiter depuis 4 jours chez mes deux plus jeunes est devenue hors contrôle,
  2. et… il pleut à boire debout!
Alors, afin de rendre la situation un peu plus absurde, je cuisine des « yeux brouillés » pour le déjeuner et je téléphone à mon ophtalomogiste préféré (et oui, ici, il est possible de voir un vrai ophtalmo en moins d’une heure!) puisqu’une visite s’impose!
Sur le chemin du retour, les gouttes miraculeuses dans les yeux, ma fille me demande: « Maman, quand il pleut et il neige, c’est la fête à qui? » (sur l’air de la chanson: il pleut, il mouille, c’est la fête à la grenouille).
Et maintenant, les deux filles dorment, alors que la pluie tombe tombe tombe. Et moi, je vais préparer une soupe à la courge butternut et une courge spaghetti aux champignons. Mium!

L’été! Comme j’aime cette saison. Il y a des petits fruits partout, pour notre plus grand plaisir! La plupart du temps, ils ne se rendent pas à la maison, mais quelques fois, nous réussissons à en cueillir suffisament pour agrémenter nos recettes dété. Peu importe, le seul fait d’être en bordure de champ, sous le soleil, avec les oiseaux et les insectes, me suffit. Et puis, j’aime photographier les fruits.

Ici, il y énormement de cerises sauvages. Par contre, je ne connais pas la façon de les cuisiner (s’il y en a une…). Pouvez-vous me renseigner?

Et, voici, une jolie phrase de ma fille de 3 ans:

Maman, j’aime l’été parce qu’il y a des cerisiers, des pruniers et des framboisiers. Mais j’aimais aussi le printemps parce qu’il y avait plus de fleurisiers

Hier, nous avons fait la liste des choses que nous aimerions faire cet été. Les filles avaient de bonnes idées, pour la plupart très réaliste. Mais ma 2e n’a qu’une envie: aller sur la lune. Je lui ai expliqué qu’un jour peut-être, elle pourrait y aller, lorsqu’elle sera grande et qu’elle aura appris plein de nouvelles choses. Elle semblait satisfaite de mon explication et prête à attendre. Par contre en attendant, elle grimpe et tente de trouver des solutions de rechange pour toucher à la lune. D’abord, elle a trouvé l’escabeau: évidemment, elle a vite découvert que ce n’était pas suffisament haut, mais nous nous sommes bien amusées avec ce simple outil. Sky is (not) the limit!