archive

Archives Mensuelles: juin 2014

Ma mère a 60 ans. Elle est splendide. Elle est un modèle de bonté. Nous avons célébré son anniversaire en famille. Mes soeurs et moi avons passé la journée à ses côtés, dans une ville qu’elle affectionne particulièrement: Lévis. Nous avons parlé et rit toute la journée.

Quelques heures avant sa fête, j’ai entendu les jaseurs; les oiseaux préférés de ma mère. Ils étaient sur le bord de la route. Ils sont restés là, longtemps, très longtemps, comme s’ils chantaient pour ma mère. Ma mère dit toujours que la beauté est dans la simplicité. Elle a raison.

Bonne fête maman chérie.

60a

60b

60c

Publicités

J’avais l’habitude de partir en canot, avec mon chum ou ma sœur, et descendre les rivières, ou traverser des lacs, et canoter un après-midi, ou quelques jours. C’était une de mes activités préférées. Ensuite, j’ai étudié, et cette activité a pris une tournure plus éducative; j’y voyais une foule d’histoires naturalistes, des découvertes, etc. J’ai vu des paysages vierges époustouflants, mais aussi des berges érodées, polluées, malmenées par l’activité humaine.

Entre des nids d’hirondelles de rivage et un grand héron, entre le topinambour sauvage et un gros maskinongé, j’ai remarqué des pneus, des déchets, dans notre rivière. Je faisais ma part: à chaque descente, je ramassais quelques déchets et puis je jasais avec la population locale de la richesse de notre rivière.

Puis, un ami a eu une idée. Une bonne idée. Et si on invitait la population riveraine, à l’aide des médias sociaux, à descendre, avec nous, notre rivière et ainsi en découvrir sa richesse naturelle et touristique? Et si, en même temps, on les invitait à nettoyer les berges?

Et bien rapidement, les gens ont répondu et sont venus. Nous étions une vingtaine d’embarcation, sous le soleil, à naviguer sur la rivière, entre deux municipalités voisines. Nous avons ramassés pas moins de 36 pneus et emplis plusieurs sacs de déchets et de récupération. Des guides naturalistes nous accompagnaient; ils ont fait l’inventaire floristiques et fauniques des berges. Une photographe a aussi croqué sur le vif, entre deux coups de pagaies, de formidables clichés. Les médias ont appréciés notre histoire et nous récidiveront l’an prochain.

Pourquoi? Parce que c’était une idée simple et ancrée dans nos valeurs. Merci. Ce sont des projets comme celui-ci qui nous rassemblent.

ch01

ch02

ch03

ch04